Mathilde Lavenne | « ARTEFACT#0, DIGITAL NECROPHONY »

__Exposition__
biennale NOVA XX au Centre Wallonie-Bruxelles



du 18 février au 20 mars 2022
Paris

Lien vers l’exposition
Lien vers le projet


photos © Frank Kleinbach

 


Installation
Existe-t-il un Au-delà numérique ? Et si oui, quels messages pourraient nous en parvenir et sous quelle forme ? Quel serait le lien entre la nature, la matière et le monde de données partagées que nous sommes en train de créer?

Artefact #0 Digital Necrophony est une installation sonore et numérique qui s’inscrit dans une démarche de recherche archéologique du médium, de la communication et de l’émergence d’un questionnement métaphysique lié à l’instrument scientifique.

L’installation s’inspire du gramophone à cylindre d’Edison, dont elle reprend la forme mais en transforme le dispositif cherchant à capter à travers les ondes, les fréquences, les vibrations des messages d’une autre dimension.

L’ensemble propose un regard critique sur la façon dont l’ère numérique bouleverse notre rapport à la matière, à la nature. Celle-ci est ici sublimée et mise en abîme par un monolith de marbre noir isolé et étudié tel un sarcophage, élément étrange, énigmatique et mortuaire.

Production
Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, [2016]

in collaboration with
l’IRCAM, Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique du Centre Georges Pompidou
Fabricarium de l’institut Polytech, lille
EDM, Européenne du marbre à Paris

Mathilde Lavenne

Enrique Ramirez | « El Lamento del velero invertido »

__Exposition__
« jusque-là »
Le fresnoy, studio national des arts contemporains, tourcoing
Pinault collection

Co-production Le Fresnoy et Pinault Collection

du 4 février au 30 avril 2022
Tourcoing

Lien vers l’exposition
Lien vers le projet

El lamento del velero invertido est une nouvelle production. Une bouteille sifflante ou botella silbarodas est un instrument sonore ancien s’activant par la vibration d’une colonne d’air, une chambre d’air et par son contenu liquide (eau) en mouvement.
L’artiste a travaillé avec un artisan péruvien afin de réaliser ces objets en terre cuite noire. Originellement en forme d’oiseau, ces instruments sont ici conçus par Enrique Ramírez en forme de bateau. Une danse gestuelle aléatoire qui produira des sons évoquant le souffle, le vent, les vagues… L’œuvre est présentée dans le cadre de l’exposition pour la première fois en France.

El lamento del velero invertido, 2021, 5 bouteilles sifflantes, eau, argile, socles motorisés
Approx. 23 × 35 × 9 cm (chacune)
Courtesy de l’artiste et Michel Rein, Paris/Brussels, Pinault Collection.




photos & vidéos © Delphine Lermite


Exposition « Jusque-là »

Cette exposition, une co-production Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains et Pinault Collection, interroge la façon dont les artistes abordent, explorent, s’approprient la question essentielle de la traversée, métaphore de l’évolution de notre humanité. Elle montre les systèmes de représentation qui se réfèrent à l’état du monde ou la façon dont les artistes nous aident à comprendre les problèmes en jeu à l’heure où nous envisageons l’avenir de l’humanité.

Le titre de l’exposition Jusque-là fait référence à une œuvre de l’artiste chilien Enrique Ramírez, qui a été accueilli dans la résidence d’artistes de Pinault Collection à Lens et associé à la conception de l’exposition. L’accrochage propose un dialogue entre 17 œuvres d’Enrique Ramírez et un choix de 28 œuvres de la Collection Pinault de dix artistes : Lucas Arruda, Yael Bartana, Nina Canell, Latifa Echakhch, Vidya Gastaldon, Jean-Luc Moulène, AntoniMuntadas, Daniel Steegmann Mangrané, Paulo Nazareth, Danh Vo.

Les œuvres ont-elles le pouvoir de modifier, en les déplaçant, nos points de vue sur le monde contemporain ? Cette exposition sera une réflexion sur l’acte créateur et son sens politique. Faire œuvre, c’est laisser une trace dans le temps, comme dans l’espace – histoire et géographie, philosophie, éthique et politique, mêlés.

Enrique Ramirez