Lukas Truniger | « Distributive intelligence »

__Exposition__
Criatech Festival, Aveiro [Portugal]

du 10 au 15 octobre 2022
Aveiro [Portugal]


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet




Vidéo © Lukas Truniger


Installation

Distributive intelligence | A group mind last week Criatech Festival.
A stark contrast between ancient golden and a contemporary magenta aesthetics.
It was a delight to be offered to play with this space!
Thanks for the invitation and hospitality, Sérgio and Miguel!
The installation materializes digital models of organic complexity through a cluster of hundreds of interacting mechanical objects, forming a collective artificial intelligence, a dance floor for robotic objects, simultaneously a unified body and a congregation of individuals.
 
The piece is kindly supported by: Région Hauts-de-France, Pro Helvetia – Swiss Arts Council, DICRéAM of CNC – Centre national du cinéma et de l’image animée and La Folie Numérique.

Lukas Truniger

Édith Dekyndt | « Organ »

__Exposition__
Le Fresnoy, Tourcoing

du 30 septembre au 31 décembre 2022
Tourcoing


Panorama 24 | L’autre côté


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet




Photos © D.L. | Dack9


Installation

Loin de perpétuer l’illusion de faire sien le destin des vivants, d’en faire l’objet d’une autorité en le rendant explicitement observable, la domesticité associée au vivarium prend un autre sens dans l’usage récurent qu’en fait Édith Dekyndt.

Entre ses parois vitrées, ORGAN accueille des Tineola bisselliella, lépidoptères appartenant à la famille des Tineidae, plus communément appelés mites. Elles y ont engagé avec la laine animale, matériau complice à leur perpétuation, une étreinte dévorante qui durera, aux dires des scientifiques, des centaines d’années. Les chants nuptiaux émis par la colonie, des ondes vibratoires d’une amplitude infime, très lointaines de celles discernées par les humains, ont été captés par un dispositif d’enregistrement ultrasensible dans un sas acoustique particulièrement isolé.

Notre aversion à l’égard de l’espèce agit, dans cette monumentale pièce, de façon souveraine. La pièce déjoue les effets de dualité ou d’unité nourris par un imaginaire proprement humain et elle redéfinit les préceptes comme les gages de leur conservation. Le vivarium n’est en effet, ici, ni l’outil de la domination de la nature par l’homme, ni celui d’une mise en scène de l’harmonie retrouvée. Délesté de nos désirs de réification, il se fait l’organe d’une domesticité inappropriée, d’une alliance ambiguë ou de l’anomalie qu’ont si bien explorée, à travers le devenir-animal, les écrits de Gilles Deleuze et Félix Guattari ou ceux de Virginia Woolf.

L’improbable stratégie de viabilité que les larves aménagent à leur endroit et à leur rythme entretient un foyer qui défie la fonction de veille préventive que se sont inventée les utopies sociales de la modernité dans la transparence vitrée. Le dispositif ne fait qu’intensifier la puissante déficience d’un imago qui agit par manquement aux spéculations du prévisible et de l’audible qu’est censé permettre l’appareillage.

Dans une zone confuse d’indifférence et d’exception, l’action parasite maintient un état de veille continu dans l’enchâssement tensif entre le cadre et l’action, la mort et la vie, la disparition et l’émergence. À défaut de nous y projeter, nous nous y comprenons, à notre insu.  

Florence Meyssonnier

Commissaire
Marie Lavendier

Remerciements
DE SINGEL : Hendrik Storme, Paul Vermeire, Guy Anthoni, Karl Kana

Crédits


Édith Dekyndt

Enrique Ramirez | « El Lamento del velero invertido »

__Exposition__
Kunsthalle Bielefeld, Bielefeld

du 4 juin au 16 octobre 2022
Bielefeld


Group show | Dem Wasser Folgen


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet




Photos © Enrique Ramirez


Installation

Curators Laura Rheme and Linda Walther

For this exhibition Enrique Ramirez presents:
« The lament of the inverted boat », Enrique Ramírez inverts the hull of the boat and makes it part of a botella silbadora (wisping bottle), a traditional instrument made of clay from Latin America. The shape of the ship that Ramírez chooses for the body of his botellas directly links the outer appearance with the water, which becomes the actual protagonist of the sound production. Five motorised sculptures thus produce a melody of five tones of different lengths and pitches in a gentle rocking rhythm. In contrast to the sound of flowing water, as a universally recognisable noise, water here becomes the producer of a minimalist, abstract piece of music. The haunting, melancholic sounds of the botellas fill the exhibition space – the artist calls them lamento, lament, as if they told of sunken ships, polluted seas and forgotten traditions.

« Acum-Leu » It shows footage of Lake Aculeo, which is located near Santiago de Chile and has been completely dry since 2018. Where today dust-dry earth criss-crossed by deep notches can be seen, a lake of more than twelve square kilometres stretched out just a few years ago.
Text: Laura Rehme
Pictures: Philipp Ottendoerfer

Featuring works by Katinka Bock, Carolina Caycedo, Lovis Corinth, Catherina Cramer & Giulietta Ockenfuß, Ludwig Dill, Karl Ellermann, Max Ernst, Lyonel Feininger, Conrad Felixmüller, Hermann Freudenau, Henri Gaudier-Brzeska, Hella Guth, Franz Hecker, Klara Hobza, Ferdinand Hodler, Ludwig von Hofmann, Roni Horn, Axel Kasseböhmer, Anselm Kiefer, Jacques Lipchitz, Henri Manguin, Anton Melbye, Otto Modersohn, Gabriele Münter, Kenneth Noland, Adrian Paci, Enrique Ramírez, Ernst Sagewka, Robert Smithson, Hiroshi Sugimoto, Heinrich Vogeler #enriqueramirez #kunsthallebielefeld #demwasserfolgen #pinaultcollection

Enrique Ramirez

Romina De Novellis | « Chicken Spa »

__Exposition__
Richard Saltoun Gallery, Londres

du 7 au 26 juin 2022
Londres


Solo show | Tales from the south


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet




Photos © Romina De Novellis


Installation

Richard Saltoun Gallery is delighted to present the first solo show in the UK of performance artist Romina DE NOVELLIS. Curated by Paola Ugolini, De Novellis’ performative exhibition at Richard Saltoun Gallery is an experiential journey through the artist’s practice, which merges anthropological studies and performance.

Hailing from Naples – a city rich in history and traditions – De Novellis’ work is centred around her body, a powerful tool to explore the issues in the Mediterranean areas, and to denounce the abuse and limitations imposed by contemporary society. 

Endurance and repetition are key to her practice. Her very long performances push the limits of her body & mind and, with repetitive gestures, they transport viewers in an alternate dimension where the passing of time is reduced to an unending moment, a single detail of our everyday lives that carries the meaning of life itself.  The idea of the cage is also recurrent, whether as an allegorical space that expresses a feeling of claustrophobia, or as the small physical spaces she performs in, or as a condition of disability. 

For her London debut at Richard Saltoun Gallery, De Novellis will enact her Veglia (2011) performance daily for the duration of the exhibition. The artist first performed this piece in the Parisian apartment of art critic Marc Lenot.

Veglia sees De Novellis naked and kneeling behind a see-through screen made of red wool threads. Isolated in a restricted space and accompanied by the folkloristic chants sung by female farmers of Salento – one of Italy’s southern regions – the artist slowly undoes the screen with repetitive gestures, wrapping the threads on themselves one by one. The artist’s body, shrouded during the day, is slowly revealed in a suggestive game of unveiling of the opposites.

In this performance, De Novellis enacts a hypnotic and ancestral performance akin to pagan ritual. The artist’s attentive study of the anthropological aspects, rituals, and customs typical of the Mediterranean culture fits within her eco-feminist research that questions the intersection between patriarchy, capitalism, and exploitation of women’s bodies, non-binary and queer.

Also on view will be a series of installations, video works, photographs and sculptures from De Novellis past performances such as GRADIVA (2017), for which she was granted permission to perform from sunset to sunrise all over Pompeii’s Archeological Park. GRADIVA was inspired by a Roman bas-relief of the same name and became the basis for Sigmund Freud’s famous 1907 study Delusion and Dream in Jensen’s Gradiva. The performance saw De Novellis dragging the cast of her  body – which looks like the bodies that were found in Pompeii after the 79 AD eruption of Vesuvius – around on a cart.

The back of the gallery will host an immersive environment that recreates De Novellis’ performative piece Si tu m’aimes, protège-moi (2020) through video, sound, tactile and light elements. In the arid and dry countryside of Southern Italy women covered the ears of hens before practising any violent gesture that could have shocked them and caused their infertility. Addressing this custom, in this performance De Novellis carefully takes a hen on her knees and protects her ears from the noise.

The exhibition is realised with the support of Centre national des arts plastique(National Centre for Visual Arts) and Galerie Alberta Pane, France.

Romina De Novellis

Philémon Vanorlé | « Babel »

__Exposition__
Espace Le Carré, Lille

du 12 mai au 17 juillet 2022
Lille


Exposition collective | Cette mer qui nous entoure

Artiste(s) : åbake, Lise Duclaux, Simon Faithfull, Nicolas Floc’h, Galerie Rezeda, Sandra Gil & Olivier Perriquet, Tania Kovats, Laurent Tixador, Philémon Vanorlé
Scénographie : Mathilde Grospeaud et Arnaud Verley

Lieu : Espace Le Carré, Lille

Soutiens : L’exposition Cette mer qui nous entoure bénéficie du soutien de la Ville de Lille et de lille3000.

Exposition collective produite par artconnexion sur invitation de la Ville de Lille pour la programmation d’Espace Le Carré, dans le cadre d’Utopia, 6ème édition thématique de lille3000.


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet




Photos © Delphine Lermite


Installation

Babel (en cours) est un projet artistique expérimental qui consiste en une friterie flottante. Clin d’œil aux origines belges de l’artiste, la frite peut aussi être perçue comme un patrimoine immatériel en Flandres et dans le Nord de la France.

S’apparentant à une cabine de bateau de pêche, l’architecture sans architecte imaginée par Philémon Vanorlé est une friterie marémotrice et ascensionnelle capable de se maintenir hors de l’eau. Avec humour l’artiste questionne le phénomène bien réel de la montée des eaux : comment l’homme pourra maintenir une civilisation, un rapport à la terre et à la fertilité, s’il n’est plus sur terre ? Quelles sont ses chances de survie si la production de frites dépend de l’énergie produite par les panneaux solaires – qui sont aussi l’enseigne de la friterie ?

Aujourd’hui présentée sous forme de maquette, cette friterie a pour vocation d’être fabriquée à échelle réelle, afin d’être mise à l’eau et expérimentée. L’humanité est-elle prête pour la montée des eaux ? C’est la question que pose Philémon Vanorlé en nous proposant d’imaginer une mer que l’on ne connaît pas encore, un futur dans lequel nous devrons inévitablement nous adapter.

Simon Faithfull | « 8 B.P.M. »

__Exposition__
Espace Le Carré, Lille

du 12 mai au 17 juillet 2022
Lille


Exposition collective | Cette mer qui nous entoure

Artiste(s) : åbake, Lise Duclaux, Simon Faithfull, Nicolas Floc’h, Galerie Rezeda, Sandra Gil & Olivier Perriquet, Tania Kovats, Laurent Tixador, Philémon Vanorlé
Scénographie : Mathilde Grospeaud et Arnaud Verley

Lieu : Espace Le Carré, Lille

Soutiens : L’exposition Cette mer qui nous entoure bénéficie du soutien de la Ville de Lille et de lille3000.

Exposition collective produite par artconnexion sur invitation de la Ville de Lille pour la programmation d’Espace Le Carré, dans le cadre d’Utopia, 6ème édition thématique de lille3000.


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet




Photos © Delphine Lermite


Installation

8 B.P.M. (2022) a été réalisé lors d’une invitation par Finis Terrae au Sémaphore du Créac’h, sur l’île d’Ouessant en 2021. Entouré par l’océan pendant un mois, l’artiste a exploré l’île en solitaire et s’est interrogé sur la relation de l’homme face à la puissance de la mer. Marqué par le son des vagues qui s’écrasent sur les rochers, Simon Faithfull a produit un texte édité par artconnexion pour l’exposition. Cette édition est accompagnée d’un métronome dont le mécanisme a été modifié pour fonctionner au rythme des vagues : 8 battements par minute.

Simon Faithfull

Hugo Deverchère | « The Far Side »

__Exposition__
ART PARIS Fair

du 7 au 10 avril 2022
Paris


Duo Show | Dumonteil Contemporary
Special selection | Histoires naturelles : un regard sur la scène française curated by Alfred Pacquement
Grand Palais Éphémère, Paris, France


Lien vers l’exposition
Lien vers le projet



Paris Art Fair 2022 | Photos © D.R. Galerie Dumonteil

 


Installation

DUMONTEIL Contemporary is pleased to participate Art Paris with a space dedicated to French artists Charles Hascoët and Hugo Deverchere in our booth. Hascoët will present a selection of new works in the theme of deep sea featuring octopus as the protagonist. Hugo Deverchere will present a set of photography and installation that bring together various fields of research such as geology, microbiology, astronomy, archaeology and alchemy.

Hugo Deverchère

Anna Tomaszewski | « The Rift »

__Exposition__
100% L’Expo, Festival 100%, Parc de la Villette
du 6 avril au 24 juillet 2022
Paris




Photos © Anna Tomaszewski


Sculpture en extérieur

Pensée comme un tremplin professionnel et une vitrine de la scène émergente, 100% L’EXPO est le rendez-vous incontournable de l’art contemporain consacré à la jeune création.

Chaque année, La Villette collabore avec des écoles d’art, de design, de cinéma et de danse afin d’offrir un large panel des pratiques artistiques, et présente les travaux d’une centaine de jeunes talents récemment diplômés : arts plastiques, performances, arts numériques, cinéma, architecture, stylisme, design, photographie… 

En complément de ces invitations aux écoles, plusieurs collectifs de jeunes artistes, acteurs et actrices de l’art contemporain sont conviés pour investir la Grande Halle sous forme de cartes blanches : 16am, Contemporaines, diamètre/a, Filles de Blédards, Jeunes Critiques d’Art, Les Chichas de la pensée et Les Froufrous de Lilith.

Enfin, des œuvres seront également installées en extérieur, comme une prolongation de l’exposition dans le parc.


Mathilde Lavenne | « ARTEFACT#0, DIGITAL NECROPHONY »

__Exposition__
biennale NOVA XX au Centre Wallonie-Bruxelles



du 18 février au 20 mars 2022
Paris

Lien vers l’exposition
Lien vers le projet


photos © Frank Kleinbach

 


Installation
Existe-t-il un Au-delà numérique ? Et si oui, quels messages pourraient nous en parvenir et sous quelle forme ? Quel serait le lien entre la nature, la matière et le monde de données partagées que nous sommes en train de créer?

Artefact #0 Digital Necrophony est une installation sonore et numérique qui s’inscrit dans une démarche de recherche archéologique du médium, de la communication et de l’émergence d’un questionnement métaphysique lié à l’instrument scientifique.

L’installation s’inspire du gramophone à cylindre d’Edison, dont elle reprend la forme mais en transforme le dispositif cherchant à capter à travers les ondes, les fréquences, les vibrations des messages d’une autre dimension.

L’ensemble propose un regard critique sur la façon dont l’ère numérique bouleverse notre rapport à la matière, à la nature. Celle-ci est ici sublimée et mise en abîme par un monolith de marbre noir isolé et étudié tel un sarcophage, élément étrange, énigmatique et mortuaire.

Production
Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, [2016]

in collaboration with
l’IRCAM, Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique du Centre Georges Pompidou
Fabricarium de l’institut Polytech, lille
EDM, Européenne du marbre à Paris

Mathilde Lavenne

Enrique Ramirez | « El Lamento del velero invertido »

__Exposition__
« jusque-là »
Le fresnoy, studio national des arts contemporains, tourcoing
Pinault collection

Co-production Le Fresnoy et Pinault Collection

du 4 février au 30 avril 2022
Tourcoing

Lien vers l’exposition
Lien vers le projet

El lamento del velero invertido est une nouvelle production. Une bouteille sifflante ou botella silbarodas est un instrument sonore ancien s’activant par la vibration d’une colonne d’air, une chambre d’air et par son contenu liquide (eau) en mouvement.
L’artiste a travaillé avec un artisan péruvien afin de réaliser ces objets en terre cuite noire. Originellement en forme d’oiseau, ces instruments sont ici conçus par Enrique Ramírez en forme de bateau. Une danse gestuelle aléatoire qui produira des sons évoquant le souffle, le vent, les vagues… L’œuvre est présentée dans le cadre de l’exposition pour la première fois en France.

El lamento del velero invertido, 2021, 5 bouteilles sifflantes, eau, argile, socles motorisés
Approx. 23 × 35 × 9 cm (chacune)
Courtesy de l’artiste et Michel Rein, Paris/Brussels, Pinault Collection.




photos & vidéos © Delphine Lermite


Exposition « Jusque-là »

Cette exposition, une co-production Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains et Pinault Collection, interroge la façon dont les artistes abordent, explorent, s’approprient la question essentielle de la traversée, métaphore de l’évolution de notre humanité. Elle montre les systèmes de représentation qui se réfèrent à l’état du monde ou la façon dont les artistes nous aident à comprendre les problèmes en jeu à l’heure où nous envisageons l’avenir de l’humanité.

Le titre de l’exposition Jusque-là fait référence à une œuvre de l’artiste chilien Enrique Ramírez, qui a été accueilli dans la résidence d’artistes de Pinault Collection à Lens et associé à la conception de l’exposition. L’accrochage propose un dialogue entre 17 œuvres d’Enrique Ramírez et un choix de 28 œuvres de la Collection Pinault de dix artistes : Lucas Arruda, Yael Bartana, Nina Canell, Latifa Echakhch, Vidya Gastaldon, Jean-Luc Moulène, AntoniMuntadas, Daniel Steegmann Mangrané, Paulo Nazareth, Danh Vo.

Les œuvres ont-elles le pouvoir de modifier, en les déplaçant, nos points de vue sur le monde contemporain ? Cette exposition sera une réflexion sur l’acte créateur et son sens politique. Faire œuvre, c’est laisser une trace dans le temps, comme dans l’espace – histoire et géographie, philosophie, éthique et politique, mêlés.

Enrique Ramirez